SERVICE COMMUN
DU SYSTÈME D'INFORMATION

Projet liaisons hertziennes

Projet liaisons hertziennes

Actuellement, les principaux bâtiments de l’ULCO sont directement raccordés au réseau Noropale et disposent donc d’un débit conséquent. Il existe toutefois divers sites de notre établissement qui ne disposent pas de ce raccordement et qui sont reliés par des liaisons spécialisées point à point louées à Orange. En voici la liste ainsi que leur débit :

  • Liaison à 10 Mbps reliant à Dunkerque la Maison de la Recherche en Sciences Humaines située 21, quai de la Citadelle aux Services Centraux situés 1, place de l’Yser.
  • Liaison à 10 Mbps reliant à Calais l’IUT situé rue Louis David au centre universitaire de la Mi-Voix (bâtiment Poincaré) situé 50, rue Ferdinand Buisson.
  • Liaison à 10 Mbps reliant à Boulogne-sur-Mer le centre universitaire du Musée situé 34, grand’rue au centre universitaire St Louis (bâtiment St Louis 1) situé rue St Louis.
  • Liaison à 10 Mbps reliant à Boulogne-sur-Mer le centre universitaire Capécure situé quai Masset au centre universitaire St Louis (bâtiment St Louis 1) situé rue St Louis.
  • Liaison à 20 Mbps reliant la Maison de la Recherche en Environnement Naturel située avenue Foch à Wimereux au centre universitaire St Louis (bâtiment St Louis 1) situé rue St Louis à Boulogne-sur-Mer.

Une solution est en cours de déploiement pour augmenter le débit de ces sites tout en nous passant des lignes louées. Il s’agit de mettre en place des « ponts hertziens » depuis chacun de ces sites vers un de nos bâtiments raccordés au réseau Noropale.

Pour cela nous utilisons des antennes InfiNet.

Leur gamme de produit permet en effet d’établir des connexions sécurisées entre différents parcs informatiques distants de plusieurs kilomètres.

Leurs équipements affichent des débits pouvant même atteindre 480Mbps jusqu’à 100km. Tout ça est toutefois théorique et nous n’avons bien entendu pas besoin de telles capacités pour notre établissement.

Le matériel est élaboré pour résister aux environnements les plus difficiles afin d’assurer un fonctionnement sans interruption par tout type de temps. Munis de boîtiers étanches, les équipements résistent à la poussière et la pluie et sont capables de fonctionner à des amplitudes de température allant de -55º à +60º. On peut compter sur la fiabilité et la robustesse de ces produits russes côté résistances climatiques !

Ce sont, grâce à ces antennes, des sortes de «fibres hertziennes» qui sont tirées vers nos sites distants. Les fréquences utilisées sont prises dans la bande de fréquences 5,400 – 5,725 Ghz, celles-ci sont libres et utilisables sans autorisation.

 

Site de Calais

Nous avons choisi le site de Calais comme site pilote pour le projet car l’IUT et le centre de la mi-voix ne sont séparés que par quelques centaines de mètres et sont assez dégagés d’autres habitations.

Des antennes d’entrée de gamme nous ont été prêtées par la société Decima. Elles ont été posées sur la tour de la Maison de la Recherche Blaise Pascal côté université et sur le bâtiment GEA côté IUT. La vision, sans obstacle, est parfaite entre ces 2 points.

 

 

 

 

 

Ces antennes en prêt (permettant un débit de 50Mbps) ont été posées en juillet 2015. Une série de tests permettant d’évaluer la communication par ce biais ont alors été effectués et se sont avérés concluants.

En septembre, pour la rentrée scolaire à l’IUT, nous n’avons pris aucun risque et avons laissé en place la liaison louée à Orange. La liaison hertzienne n’a été activée qu’à partir de début octobre. Cette liaison a été utilisée pendant un peu plus de 2 mois afin de l’éprouver en conditions réelles (la location de la ligne louée a été gardée en secours en cas de souci). Aucun problème n’est survenu pendant cette période, notre «fibre hertzienne» a donné entière satisfaction. La solution a donc été validée.

Les antennes ont été restituées à la société Decima et des antennes définitives plus puissantes (280Mbps) ont été installées mi décembre 2015. Le contrat de la ligne spécialisée louée a alors été résilié au 31/01/2016.

Compte tenu du prix annuel de la liaison louée, de l’acquisition des antennes et des travaux effectués, l’investissement sera amorti en 8 mois.

 

Site de Dunkerque

La même solution a été déployée entre le bâtiment des Services Centraux et la Maison de la Recherche en Sciences Humaines.

Les antennes ont été posées début mars. La solution ayant déjà été éprouvée sur le site de Calais, la mise en service a été plus rapide (fin mars) après quelques tests de liaison entre les bâtiments. Le contrat de location a été résilié le 07/04/2016.

 

A Dunkerque, l’investissement sera amorti en 9 mois.

 

Site de Boulogne

Une première étude avait été effectuée pour les sites de Boulogne-sur-Mer. La mise en place des liaisons semblait plus compliquée en raison de la topologie de la ville et de son urbanisation.

Le site du musée n’est pas visible depuis Saint-Louis. Il s’avère néanmoins qu’une solution pour s’affranchir d’un point relais hors de nos locaux a pu être déployée : une « fenêtre de tir » est en effet possible depuis le toit (partie CUEEP) du site de Capécure pour joindre les 3 bâtiments.

Il a été décidé d’installer 2 liaisons point à point :

  • l’une entre le site de Saint Louis et le CUEEP
  • l’autre entre le CUEEP et le site du musée.

Les communications depuis le site du Musée pour atteindre le réseau Noropale à Saint-Louis sont relayées par les antennes du CUEEP. Cette solution légèrement plus chère a été préférée à l’installation d’une seule antenne multi-point au CUEEP afin de ne pas réduire (même légèrement) le débit. Cela permet également de ne pas couper la liaison Capécure – Saint Louis si c’est uniquement l’antenne dirigée vers le site du Musée qui tombe en panne.

Quelques photos des sites de Boulogne


Vue aérienne des liaisons


 vue_aerienne_bl

 Saint-Louis


BL1 BL2 BL3

Capécure


CP1 CP2 CP3

Musée


MU1 MU2 MU3

La configuration des antennes a été effectuée et des tests de réception ont été menés d’un bout à l’autre des liaisons. Ils sont concluants et le basculement des lignes louées à Orange vers nos « fibres hertziennes » aura lieu au cours du mois de juin.

Pour les sites de Boulogne, l’investissement sera amorti en 10 mois. 

 

Site de Wimereux

Relier la MREN situé à Wimereux au site de Saint-Louis à Boulogne-sur-Mer par voie hertzienne est sans conteste le problème le plus ardu. La liaison n’est pas facilement réalisable à cause :

  • Du relief à franchir entre Wimereux et Boulogne-sur-Mer.
  • De la distance entre les 2 sites.
  • Du nombre de point relais à mettre en œuvre (au moins 2).
  • De la possibilité d’utiliser les points relais (châteaux d’eau et/ou immeubles).
  • Du coût de la location des emplacements sur les points relais.

L’étude est en cours mais d’autres solutions sont d’ores et déjà envisageables pour réduire le coût tout en augmentant le débit, si la solution adoptée pour les autres sites n’était pas possible.